LA MINIMALE

Définition de la techno minimale music

Dérivée de la techno traditionnelle, la techno minimale propose une structure et un champ spectral plus minimaliste. Un tempo plus lent (de l’ordre de 115 à 130 bpm), des variations rythmiques et séquentielles moins fréquentes, une couverture du spectre plus découpée et des basses qui s’étirent en contraste avec des percussions très brèves et aiguës sont le propre de ce genre. Depuis le début des années 2000, on assiste à une « déferlante » minimale, partie d’Allemagne et qui s’étend dans toute l’Europe.

Le terme remonte au tout début des années 1970 et recoupe en partie plusieurs genres musicaux, sans les inclure ni en être un sous-genre. Il est généralement utilisé pour qualifier certains albums de musiques électroniques (principalement l’ambient et certains dérivés comme le chill-out) et parfois de musique New Age.

Source : Wikipedia

Résultat de recherche d'images pour "techno music fotolia"

 

La techno minimale semble être dérivée du hardcore hollandais, le type de musique extrêmement rapide en vogue sur les pistes de danse de la ville néerlandaise. Aux États-Unis, des DJs / producteurs tels que Jeff Mills (Detroit) représentent cette scène depuis le début des années 90. Ce style est surtout populaire en Suisse et au Japon.  

Le style de la minimale techno est plus lent, plus tranquille. C’est un son minimaliste. Son architecture instrumentale est épurée et convient beaucoup en intro ou outro de soirée, voire en lounge bar. Il ressemble beaucoup à de la techno « pure », mais ses BPM sont plus lents. Ses tonalités sont assez brutes et ne comportent pas de mélodies planantes comme la trance par exemple.

Que pensez-vous de cet article?
  • Génial (0)
  • intéressant (0)
  • utile (0)
  • ennuyeux (0)
  • inutile (0)
Translate »