LA TRANCE PROGRESSIVE

Définition de la Trance progressive

La musique progressive est un nom donné à une certaine approche de la composition musicale appliquée à différents genres musicaux. La terminologie de musique progressive correspond aux évolutions d’un genre musical soit par l’innovation soit par l’incorporation d’instruments d’autres genres musicaux. Mais cela fait aussi référence, un peu plus rare cependant, à une construction graduelle où l’énergie vient de façon progressive soit au cours d’un morceau ou soit au sein d’un même album. La musique électronique progressive se rapporte habituellement à un modèle de musique principalement instrumental, joué avec des synthétiseurs et influencé par divers styles musicaux tels que le rock progressif, la musique classique et/ou la musique ambient. Dans ce sens, le terme a été employé depuis la fin des années 1960 pour décrire les artistes rock tels que King Crimson, puis des artistes comme Klaus Schulze, Vangelis, Jean-Michel Jarre ou Tangerine Dream.

Après l’apparition au début des années 1980 de la house à Chicago et de la techno à Detroit, le terme « progressive » a été employé en référence tout à la fois au futur de la musique, à la musique du futur et une manière futuriste de penser la musique. Stacey Pullen, producteur techno de Detroit qui n’appartient pas au genre tel qu’il est aujourd’hui défini, explique ainsi dans une interview : « Avant, la musique qu’on appelait house, techno, était également appelée musique progressive – la définition de ‘progressive’ est une manière de penser à la musique futuriste. C’est ce qu’on appelait progressive. » Depuis les années 1990, le terme désigne plus précisément différents styles de musiques électroniques de danse, tels que la house progressive ou la trance progressive, dont les morceaux répondent à une structure changeant progressivement, de manière incrémentale.

La progressive trance reste relativement peu connue du grand public. Elle a les racines mélodiques de la trance sans le côté grandiloquent de ses grands arpèges de synthétiseurs. Ce style est apprécié par certains amateurs de trance et beaucoup de morceaux de trance progressive sont joués par des disc-jockeys trance comme Armin van Buuren, Tiësto, Jaytech, Leon Bolier, Gareth Emery, Solarstone, DJ Eco, Markus Schulz, Andy Moor, Mr Sam, Vibrasphère, James Grant, Above and Beyond et bien d’autres. Bien que l’on puisse danser sur de la trance progressive, elle n’est cependant pas une musique dansante proprement dite ; l’ambiance qui s’en dégage délaisse le côté énergique pour le côté euphorique et planant.

Architecture musicale

Les morceaux de trance progressive, comme toutes les musiques progressives, sont généralement longs d’une dizaine de minutes et l’on retrouve souvent une structure où le morceaux démarre et se termine progressivement. C’est d’ailleurs à cause de cette durée que ce style est moins populaire, ne pouvant pas passer à la radio en dehors des émissions nocturnes (généralement prévues pour ce type de musique) et étant donc moins connu du grand public. Cependant, de nombreux disc-jockeys (notamment ceux nommés au paragraphe plus haut) exploitent cette structure et les sonorités de la trance progressive au travers de leur mix pour amener des ambiances mélancoliques et créer une certaine euphorie chez le public. Ce sont pour les mêmes raisons que dans la pratique, elle est très souvent mélangée à de nombreux autres styles tels que la tech trance, la techno, la psytrance, la psychédélique trance ou même la house progressive et que les artistes qui affirment jouer exclusivement de la trance progressive sont inexistants. 

La progressive trance-psytrance

La trance est une musique planante et mélodieuse. Elle amène on peut le dire, en « trance« , elle est spatiale et harmonieuse, souvent elle est aussi triste et elle permet de nous plonger dans certains souvenirs clés de notre passé. Je trouve que cette musique permet de stopper l’instant présent et de s’en rappeler pleinement. Elle permet aussi de se connecter facilement avec les autres ravers sur la piste, comme l’esprit voyage davantage qu’avec la techno pure (plus tripante) et plus dure, elle nous amène en relation télépathique. Elle est très peu commerciale. Et les pseudos trance actuelles qui sont commerciales ne reflètent absolument pas la véritable trance du passé. Sa composition peut rappeler certains classiques à la différence qu’il y a du rythme en plus. Contrairement à la dance, elle est sans parole ou très peu, et s’il y’en a, ce sont davantage des textes parlés que chantés, et généralement il n’y a pas plus d’un ou deux mots de suite: exemple: « I love Shiva » ; « cocine »…. (métaphore de cocaine…). Il est vrai que certains morceaux évoquent de drogues, néanmoins, ce n’est pas pour cela que les jeunes vont se droguer. Seuls ceux qui se droguent vont peut-être davantage consommer,  mais certainement pas commencer à cause d’un texte dans une chanson. Beaucoup de chansons de rock contiennent elles aussi des propos suicidaires, et ce n’est pas pour autant que  tous les amateurs de rock se suicident! Si on y va par là, certaines proses de Baudelaire seraient alors inclues dans le panier!!!

 

Progressive psytrance

D'autres styles musicaux "progressive"

La Progressive psytrance

La psytrance progressive (minimal psytrance, prog, ou psyprog) s’est édifiée en Europe au milieu des années 2000. Ce style, représenté par Shiva Chandra, à Ventura entre autres. Elle est issue du croisement entre la trance psychédélique (trance-goa ou psytrance) et la trance progressive. Plus lente, plus minimaliste et beaucoup moins énergique que la psytrance, elle est souvent jouée lors de warm-up en rave party, ou en matinée/journée dans les festivals trance et est appréciée pour son côté entraînant, euphorique et jovial.

 

L’Acid trance progressive

Il s’agit ni  plus ni moins d’acid trance, mais créée de façon « progressive« , ainsi, le BPM est plus lent, les mélodies et les « pointes d’acid » arrivent progressivement et sont moins « pointues ».

 

Remarque : il existe aussi d’autres dérivés de la trance (je sais que cela peut paraître difficile de s’y retrouver! Mais lorsque l’on est passionné, croyez-moi, on apprend vite, et en s’amusant!!!), par exemple avec un genre plus rapide (à partir de 180 BPM) on peut également citer la hardtrance et avec des pointes d’Acid: l’acidtrance ou encore acid trancecore en version rapide.

 

Rédaction : Yldie Mareva

Acidose label©2018.

Mes sources : Wikipédia et ma propre culture et expérience en ce domaine.

Que pensez-vous de cet article?
  • Génial (1)
  • intéressant (0)
  • utile (0)
  • ennuyeux (0)
  • inutile (0)
Translate »