QUAND LA MUSIQUE FUSIONNE AVEC L’ETRE

 

 

Trance psychedelique

Il est prouvé que la musique influence les individus

 

 

La pratique de la musique c’est l’art de combiner les sons de manière harmonieuse et expressive afin de susciter chez l’homme une émotion. Un son est caractérisé́ par sa fréquence, sa période, son amplitude et son timbre qui donnent une infinité́ de variantes de sons.

Depuis quelques décennies déjà, de nombreux psychanalystes et musicothérapeutes se sont penchés sur le phénomène de la musique techno, et comment ce style de musique amène ses sujets dans un état modifié de conscience

Nous savons déjà que les fréquences musicales jouent sur le comportement des individus… Elles agissent également au sein du règne végétal, animal et humain…

En effet, an sein du règne végétal, nous savons que les plantes sont sensibles à la musique, il est d’ailleurs prouvé, qu’elles pousseraient plus vite et seraient plus saines si elles sont exposées dans un environnement musical attrayant… A l’inverse, exposées à des fréquences désagréables, voire agressives, comme le black metal, par exemple, elles déclineraient rapidement..

« Dans la nature, on sait que les variations de bruits peuvent renseigner les plantes sur la présence ou non d’un prédateur”, explique Olivier Gallet, directeur du laboratoire ERRMECe (Equipe de Recherche sur les Relations Matrice Extracellulaire/Cellule) de l’université de Cergy-Pontoise.

Il a été notamment prouvé que le bourdonnement des abeilles, comme le chant des oiseaux, accélère la germination des graines, ou encore que le bruit spécifique des mâchoires de chenilles déclenche la production de défenses chimiques chez les plantes !L’équipe du professeur Gallet cherche justement à démontrer qu’en stimulant une plante avec un son précis, on peut la soigner, voire la faire grandir plus vite ! 

En France, certains agriculteurs ont déjà remplacé les pesticides par la diffusion de séquences musicales de quelques minutes par jour dans leurs champs. C’est la société Genodics, pionnière en ce domaine, qui vient installer des enceintes sur les parcelles. Dans ce cas, la séquence musicale est créée dans le but d’augmenter la croissance des plantes et leur résistance à la sécheresse et aux champignons.

Dans le laboratoire dirigé par Olivier Gallet, on travaille sur la culture de petits pois. Mais le scientifique s’accorde à dire que “tous les organismes vivants seraient potentiellement concernés par cette théorie”. Oui, même vos plantes vertes !

Les notes de musique indiquent le son à émettre avec la voix ou un instrument. Chaque morceau (chanson) est composé de plusieurs dizaines de combinaisons de notes qui, jouées les unes à la suite des autres, donnent une mélodie.

De plus, le physicien Joël Sternheimer, spécialiste des particules élémentaires depuis presque 50 ans, est en train de prouver que la musique est porteuse d’ondes capables de soigner les plantes. Il nous éclaire sur une découverte qui pourrait bien se révéler révolutionnaire… En fait, ces ondes mélodieuses entrent en résonance avec les protéines des plantes en formation.

Le son est une énergie vibratoire qui prend la forme d’ondes. Sa fréquence est exprimée en Hertz. Cela correspond au nombre de vibrations par seconde : s’il y en a peu on entend un son grave, quand il y en a davantage on entend un son aigu. Ces ondes, dont certaines sont inaudibles, se propagent en nous et entrent en résonance avec nos organes (l’oreille en est le capteur le plus évident) mais aussi avec les cellules de notre corps.

Pour information, pour paraphraser le physicien Sternheimer, une protéine est une chaîne de petites molécules appelées « acides aminés« , qui s’enchaînent l’une après l’autre, un peu comme un collier de perles. Ce processus se déroule dans le temps, avec un certain tempo moyen ; et à chaque fois qu’un acide aminé se positionne pour être ajouté à la chaîne en formation, il y a une petite onde qui est émise. Et ce sont ces ondes qui relient le processus à l’ensemble de l’organisme, une onde dont on peut calculer la « fréquence« . Et là apparaît une suite de type « musical« . Ce n’est pas chaotique, il y a des harmonies bien distinctes d’une suite de notes. Si on les rend audibles, avec le même tempo, il y a un phénomène de résonance qui se produit et qui va amplifier l’expression du gène correspondant. On peut le stimuler ou l’inhiber. Voilà comment le lien se fait. Les protéines des plantes sont donc en analogie avec certains types de fréquences, d’où le fait que les plantes interagissent avec certaines fréquences sonores, de manière positive ou non.. Pour en savoir plus sure ce sujet, je vous recommande de lire cet article

Les animaux semblent aussi présenter des préférences musicales.  On remarque par exemple que les chiens sont sensibles à certaines fréquences sonores, par exemple, exposés à certaines musiques violentes et agressives, ils aboieraient ou couineraient. J’ai pu le constaté moi-même avec mon chien, j’ai remarqué qu’à chaque fois que je mettais de l’acidcore, il couinait et devenait a craintif ou alors agressif.. Sous l’effet d’une musique relaxante, il était à l’inverse détendu… Idem, pour mes caméléons, lorsque je diffuse une musique douce et apaisante, ils se relaxent, leurs traits semblent vraiment détendu, et leur comportement également… Ce phénomène a été constaté par beaucoup de gens.

On sait également, que les vaches sont plus productives sous l’effet de certaines musiques, tels que la musique classique, et qu’elles donnent un meilleur lait.

C’est ce que confirme  une étude réalisée en 2001 par l’université de Leicester (Royaume-Uni), « la musique calme améliore la productivité des vaches laitières, probablement parce qu’elle diminue le stress des animaux ». En effet, le stress inhibe la sécrétion d’ocytocines, hormones nécessaires à l’éjection du lait. D’après les résultats, les vaches produiraient plus de lait en écoutant des chansons calmes (telles que REM « Everybody Hurts » ou encore Beethoven « Pastoral Symphony ») que lorsqu’elles sont exposées à des chansons plus rythmées (comme The Beatles « Back in the USSR »). La productivité des vaches testées augmentait de 3 % et leur réticence à entrer en salle de traite diminuait avec une musique calme par rapport à une musique rapide qui n’obtenait aucune réponse de la part des animaux. Selon les scientifiques : « les musiques douces avaient pour effet de détendre et de faire disparaître le stress des animaux, ce qui se traduisait par un meilleur rendement laitier. » 

Pour réaliser cette étude, 1 000 vaches de race prim’holstein ont été exposées durant 9 semaines à de la musique rapide, lente et aucune musique sur des périodes de 12h par jour de 5h à 17h.

Depuis, certains agriculteurs, déjà en France, se sont mis à enclencher de la musique classique pour leurs vaches…

Chez les humains, c’est la même chose, la musique a une grande influence sur notre comportement, notre système nerveux, hormonal

En réalité, notre organisme est un véritable orchestre à lui tout seul : battements du cœur, rythme cérébral, respiration des poumons, vitesse de circulation du sang, vibration des cellules, pulsations du système nerveux… Si les rythmes et les fréquences extérieurs sont trop rapides, trop agressifs, les interprètes de notre orchestre intérieur sont perturbés. Ils essaient alors de s’adapter en « suivant le mouvement ».
Résultat : le stress et la tension montent. A l’inverse, si la musique entre en correspondance avec nos rythmes biologiques, l’harmonie règne

De fait, le son agit sur la matière…

D’ailleurs, des chercheurs américains du Jet Propulsion Laboratory de Pasadena ont constaté qu’en envoyant des ultrasons très puissants dans une boule de verre remplie d’eau, on voyait se former de minuscules bulles émettant des éclairs bleuâtres. Ce phénomène de « sonoluminescence » est bien la preuve que les sons ont une action physique sur la matière. Ainsi, même si notre oreille ne perçoit, en apparence, que les fréquences « moyennes », la première influence de la musique s’exerce sur tout notre corps.

Désormais, vous serez plus attentifs aux ondes sonores de votre environnement!

************************************************************************************************

**Rédaction : Alva Mareva

***Acidose label©2022

****Mes sources :

https://www.plantes-et-sante.fr/articles/rencontres/1233-joel-sternheimer-les-melodies-formees-par-certaines-proteines-ressemblent-a-du-mozart

https://www.web-agri.fr/vaches-laitieres/article/129673/de-la-musique-pour-des-vaches-zen-et-productives

Les sons qui font du bien

Les plantes poussent plus vite en musique et c’est loin d’être une idée farfelue !

 

 

Que pensez-vous de cet article?
  • Génial (0)
  • intéressant (0)
  • utile (0)
  • ennuyeux (0)
  • inutile (0)
Translate »
RSS
Follow by Email
Facebook
YouTube
Instagram